I hate thrifting online, it’s awesome

What do two Charvet ties (both purple with green polka dots, in slightly different shades), a silk Rubinacci pocket square, a Brioni suit, three (3) Budweise bucket hats, an Acquascutum raincoat, a silk and cashmere Arnys pocket square, a pair of no-name suspenders and a cricket sweater have in common?

They are all “good deals” I got by thrifting online during the month of March, on all platforms (mostly Vinted, also eBay and Etsy, nothing from LeBonCoin, sort of French Craigslist, except for a few boxes of Portra, but that doesn’t count).

It might sound like a long list, but bear in mind that March is a particularly long month (it has 31 days). Besides, with an average price of 34.25 euros, there’s no harm! Well, actually, maybe there is a little…

I have been thrifting online for a while, but, so far, it had been mostly for exotic (from my French point of view) stuff, such as Brooks Brothers button down shirts, redline 501s and militaria pieces (that’s right, I’m saying “pieces”, like the insufferable snob that I am). So yeah, mostly American clothing, from American sellers.

Things changed in September 2020, probably giving in to a micro seasonal depression and in anticipation of a second lockdown (remember lockdowns? What a time…) I set up an account on Vinted.

Let’s pause here to tell you about Vinted: it’s a marketplace for users to buy and sell secondhand clothing (mostly), with built in delivery and tracking services using in-store delivery by third party carriers. Before setting up an account, I viewed this app as a marketplace for young urban ladies with a fast-paced wardrobe rotation or moms trying to make an extra-buck by reselling clothing their kids outgrew.

I wasn’t completely wrong, but I wasn’t completely right either. The truth is that, nowadays, everybody is either buying or selling old pieces of clothing online, regardless of age, gender or country, as Vinted now operates in 15 countries.

What do I thrift online?

Unlike eBay, Vinted’s market is regional. Although the platform is active in the US and Canada, I have yet to encounter American listings. Therefore, goodbye Brooks shirts, olive green and 501s (well, almost).

Getting on Vinted allowed me to look again in the direction of European menswear, after a few years of fixating over US made clothing. It was also the chance to re-orient my wardrobe in a more classic direction, and less instagram-y. You know, the algorithmic favored mash up style of ivyesque-workweary-militaring style.

Because, in my opinion, the main interest of Vinted consists in the Italian market of classic menswear (think, suit and tie, dress shoes…).

My general theory about Italy (based on three week-long trips and the photos from Pitti Uomo), is that the country has a strong popular culture of beauty and aesthetics. Which transpires into Italian arts, cities architecture and, of course, fashion. Italian people love to buy and wear beautiful and well made clothes, and when they grow tired of their beautiful clothes, they resell them on Vinted! If you are a bit savvy with your research, you can easily find gorgeous handmade sport coats, or handsome silk pocket squares for the price of a handful of peanuts! You can even find great English shoes (it might be counter intuitive, but a lot of Italian men actually prefer classic round English shoes – that’s how I got a lovely pair of Edward Green Sandrigham for a ridiculous price). With the help of Google translate, you can even find some great staples that aren’t from famous brands. You just need to find the right translation for “sweater”, “cold wool” or “cashmere” (this one will surprise you).

Of course you can also find some nice French products, but good deals remain rare. Not to mention the Holy Grail, the white wale, the albino five-legged sheep (what do you mean sheeps are always white?): Arnys. Catching a good deal on anything Arnys is basically a miracle. So far I’ve only managed to get a couple of pocket squares. Supply is scarce, demand is sky high.

As you can see, getting on Vinted has been the occasion for me to make some good (or very good) deals in a style of clothing that I had, unfairly, neglected.

Even good deals have a price

First, because unearthing gems takes time. Not that you need to dig very much into old listings. Unless the description is grossly wrong or incomplete (wrong size, wrong brand…), a good deal will not last long online.

For example, among the 50 or so Barbour jacket listed daily on Vinted, you need to sort between the good deal that will be sold within a day, great deals that will sold in a couple of hours, and the deal of the century, that will stay online less than a couple of minutes.

Legendary opportunity missed by a fellow digger

Therefore, you need to check frequently (frantically) updates on you alerts (you don’t have any alert? Might as well delete the app) to make sure that the gold nuggets doesn’t go to another digger. You didn’t really think you were the only one looking for a single crest Barbour Solway Zipper? According to my phone, I spend relatively little screen time on Vinted: 24 minutes daily average. Actually, I rarely spend more than two consecutive minutes on the app. Which means that I check the app about 15 times per day, so about once every hour.

To the mental charge of digging, you need to add the one for tracking shippings and delivery. You need to make sure that the seller doesn’t forget to send the parcel or doesn’t take too long to do it. Between two alert checks, you also need to check the shipment’s progress (what the hell happens in “shipping platforms”??). Then, if everything goes well, you need to go, for the third time of the week, to a cellphone shop, or the equivalent of a bodega, for in-store pick up and to be judged by a dude just trying to sell iPhone cases.

Of course, no one is safe from a round trip to the “nearest” carrier warehouse because the store supposed to get your parcel wasn’t open for the delivery (shoutout to my boys from the UPS logistic center in St-Ouen, we’re only a 40 minute bus ride away, I’ll see you tomorrow to get my podcast shorts).

If you are also seller, the administrative burden is close to the one of an import-export company and burn out is just around the corner. Not to mention that you have to deal with buyers, who are the worst of what mankind has to offer (except for those who negotiate politely and respectfully and end up buying, I love you guys <3).

Padme to Anakin: “But that’s the price to pay for good deals!… That’s the price to pay for good deals, right??”

Yes and no…

Circling back to the aforementioned purchases, the Charvet ties are a bit frayed on the angles, the pants of the Brioni suit is currently undergoing open-heart surgery so I can barely breathe when wearing them (the intervention costs more than the pants and the result is very uncertain), the bucket hats are too small, the sweater is made of polyester and the braces are not Thurstons (I was sneakily hoping that the seller didn’t know the brand). I can’t complain about the raincoat though.

I won’t mention the three 501s I bought on Vinted, two of which were counterfeits (including one that was miraculously made in USA and Hong Kong!), the sport coats’ sleeves that always need to be let out by a tailor, or undisclosed moth holes…

Of course, you can reduce the risk of such unfortunate event by asking for additional photos or measurements. But let’s be honest, ain’t nobody got time for dat. Besides, you don’t look a gift (or heavily discounted) horse in the mouth… But then you might have to take the horse to the tailor every other week.

This horse just went to the tailor

One last inconvenience I find with thrifting online is that I feel like I dress like I’m ordering fish: depending on the catch of the day.

Like every clothing obsessed person, I have a long list of things I want to buy, spread over the year, according to my mood and the seasons. But let’s say I find a gorgeous Anderson & Sheppard tweed suit in my size listed for 200 euros (don’t dream, it’s just a hypothesis), while I was planning on getting a seersucker jacket for the upcoming summer (in this hypothesis we are in April). The opportunity would be too good not to be seized. But then, my seersucker budget would take a hit…

By running after good deals, you lose control over the direction of your wardrobe, which can be frustrating in the long run. Did I really need a sixth Barbour jacket while I could have save enough to go to Weston, try on and buy a pair of brand new 180 loafers, that I’ve been eying for years? Did I really need to have a frayed oxford shirt individually shipped by air from the US, while I could support local creators?

Well, now you get why I hate thrifting online, it’s awesome !

Je déteste Vinted, c’est génial

Quel est le point commun entre : une paire de cravates Charvet violettes à pois verts (chacune dans un ton très légèrement différent de l’autre), une pochette en soie Rubinacci, un costume Brioni, trois bobs Budweiser, un imperméable droit Acquascutum, une pochette Arnys en soie et cachemire, des bretelles sans marque et un pull de cricket ?

Ce sont toutes les « bonnes » affaires que j’ai réalisées en chinant en ligne au cours du mois de mars toutes plateformes confondues (essentiellement Vinted, plus accessoirement eBay et Etsy, rien sur LeBonCoin ce mois-ci, enfin à part quelques boîtes de Portra 400, mais ça ne compte pas).

Énumérée comme ça, la liste peut paraître longue, mais je vous rappelle que ces achats ont été étalés sur le mois de mars qui est particulièrement long puisqu’il compte 31 jours, quand-même. Et puis, avec un prix moyen de 34,25 € par achat hors taxes et fdp (j’aime pas trop les voleurs et les frais de port), y-a-t’il tant de mal à se faire du bien ? Peut-être, un peu quand même…

Je n’ai pas attendu Vinted pour chiner en ligne, mais je me cantonnais jusqu’alors à quelques recherches très spécifiques et exotiques, à savoir scruter frénétiquement les chemises Brooks Brothers, attendre à l’agachon les 501 redline, et dénicher quelques pièces (oui, j’ai dit « pièces », j’assume ouvertement d’être un peigne-cul) de militaria américain. Donc des produits et des vendeurs quasi-exclusivement américains.

Seulement voilà, au mois de septembre 2020, cédant probablement à une micro-dépression saisonnière, et en anticipation du deuxième confinement, j’ai créé un compte Vinted.

Avant de rejoindre Vinted, je voyais cette application comme une marketplace (ndt : place de marché) pour des mamans qui revendent les vêtements de leurs bouts de chou qui ont grandi ou des modeuses actives et urbaines qui se séparent d’un petit haut sympa pour financer le prochain drop Sézane.

Sans avoir complètement tort, je n’avais pas entièrement raison non plus. La réalité est qu’aujourd’hui tout le monde vide son dressing en ligne, quel que soit son âge, son genre ou sa nationalité, puisque Vinted opère maintenant dans 15 pays.

Qu’est ce que je trouve sur Vinted ?

Au contraire d’eBay, l’offre de Vinted est exclusivement européenne (bien que la plateforme soit présente aux USA et au Canada, je n’ai encore jamais vu d’annonce américaine). Exit donc les chemises Brooks, le vert olive 107 et les 501 américains (enfin, presque).

Atterrir sur Vinted m’a donc permis de me pencher de nouveau sur des produits européens, après quelques années de fixette sur le made in USA. C’était aussi, et surtout, l’occasion de réorienter ma garde-robe vers un univers plus classique et moins typé « vintage instagram ». Vous savez, le fameux gloubiboulga ivyesque workweareux et militariant.

Car, pour moi, l’intérêt principal de Vinted réside dans les vêtements classiques (pensez costume-cravate et beaux souliers) du marché italien.

Ma théorie générale sur l’Italie (basée sur 3 voyages d’une semaine et les photos du Pitti Uomo) est que ce pays a su conserver et entretenir une culture de la beauté grand public. Ce qui transpire dans les arts, l’architecture des villes mais aussi dans la mode. Les italiennes et les italiens aiment être beaux et bien s’habiller. Cela se ressent dans les vêtements beaux et bien faits qu’ils achètent, et, surtout, qu’ils revendent. Quelques recherches bien orientées vous feront trouver des vestes faites à la main à tomber à la renverse, ou de belles pochettes en soie pour une poignée de cacahuètes. J’ai également pu trouver des vêtements plus basiques, mais bien faits, grâce à l’utilisation de mots-clés simples, traduits en italien. Merci Google translate qui m’a notamment permis de traduire en italien des mots comme « gilet » (la réponse va vous étonner), « laine froide » ou « pull over ».

Bien sûr, on peut également trouver de beaux produits français, mais les bonnes affaires restent plus rares. Sans parler du graal, de la baleine blanche, le mouton albinos (comment ça, tous les moutons sont blancs ?) à cinq pattes : Arnys. Essayer de remonter dans ses filets une pièce Arnys bon marché relève du miracle. En ce qui me concerne je n’ai pas réussi à trouver mieux qu’une ou deux pochettes. L’offre est rare et les bonnes affaires restent disponibles une poignée de minutes, cinq tout au plus.

Acheter sur Vinted a donc été l’occasion de faire de bonnes (voire très bonnes affaires) dans un style vestimentaire un peu plus habillé, que j’avais injustement laissé en jachère.

Seulement, même les très bonnes affaires ont un prix.

D’abord, parce que trouver la perle rare demande du temps. Il n’est pas vraiment utile de perdre du temps à fouiller dans les annonces les plus anciennes, sauf grossière erreur de rédaction (une erreur de taille, la mauvaise marque…), un bon produit à un bon prix ne restera jamais très longtemps en ligne.

A titre d’exemple, sur la cinquantaine de Barbour qui sont mises en ligne quotidiennement sur Vinted (je ne vous parle pas des centaines de chemises Brooks Brothers sur eBay chaque jour), il faut faire le tri efficacement pour trouver les bonnes affaires qui partiront dans la journée, les très bonnes affaires qui seront vendues dans l’heure, et l’affaire du siècle, qui ne restera disponible que quelques minutes.

Capture d’écran piquée à un camarade de chasse. Il n’a pas été assez rapide cette fois…

Il faut donc consulter régulièrement (frénétiquement) les mises à jour de ses alertes (vous n’avez pas d’alerte ? Autant supprimer l’application) pour s’assurer de tomber sur la pépite avant un autre prospecteur. Quoi ? Vous ne pensiez quand même pas être le seul à chercher une Barbour Solway Zipper one crest ? A en croire mon téléphone, je passe relativement peu de temps sur Vinted : 24 minutes quotidiennes en moyenne, mais en réalité, je consulte l’application une quinzaine de fois dans la journée (soit un check toutes les heures environ).

A la charge mentale de la recherche, il faut également ajouter celle du suivi et de la réception des colis. Il faut d’abord s’assurer du départ des envois (ne pas oublier de relancer les vendeurs qui s’endorment sur leurs colis). Puis, entre deux mise à jour des alertes, faire le suivi (« ah non, c’est mondial relay celui-là », « pourquoi il est toujours sur la plateforme de tri ? »). Enfin, si tout se passe bien, se rendre pour la troisième fois de la semaine dans un point relai pour récupérer son colis et se faire juger par un type qui essaye de vendre des coques de téléphones portables.

Bien entendu, nul n’est à l’abri, à défaut de point relai disponible, d’un aller-retour à l’entrepôt du transporteur le plus « proche » (dédicace à mes amis du centre logistique UPS des docks de St-Ouen).

Pour ceux qui sont également vendeurs, on se rapproche alors de la gestion administrative d’une entreprise d’import-export et le burn-out n’est pas loin.Je vous épargne mon expérience sur les acheteurs qui sont tout simplement la lie de l’humanité (sauf ceux qui achètent en négociant poliment et raisonnablement, @ ceux-là : je vous aime <3).

Padme à Anakin : « Mais c’est le prix à payer pour faire des bonnes affaires !… C’est le prix à payer pour faire des bonnes affaires, n’est-ce pas ?? »

Oui et non…

Pour reprendre les achats mentionnés au début de cet article, les cravates Charvet sont un peu élimées à la pointe, le pantalon du costume Brioni subit actuellement une opération à coeur ouvert afin de l’adapter à ma taille (prix de l’intervention supérieur au prix du costume, résultat non garanti…), les bobs sont trop petits, le pull de crickett est en synthétique et les bretelles ne sont pas des Thurston (j’espérais sournoisement que le vendeur ne l’aurait pas mentionné). En revanche, rien à redire sur l’imperméable raglan.

Je passe sur les trois jeans Levi’s 501 achetés sur Vinted, dont deux étaient des contrefaçons (dont un qui avait été miraculeusement fabriqué aux USA et à Hong Kong), les vestes de costumes aux manches systématiquement trop courtes et les trous de mites découverts trop tard.

Bien sûr, il est possible de prévenir ce genre de désagréments en demandant des mesures, des photos complémentaires, et un retour reste envisageable (sous conditions), mais qui a le temps pour ça ? Et puis, comme dit le proverbe, si on t’offre un cheval, tu ne vas pas regarder ses dents… Mais alors, on se retrouve avec son cheval chez le tailleur tous les 15 jours.

Cheval sortant de chez le tailleur

Un dernier inconvénient que je trouve à la chine en ligne est l’impression de s’habiller comme chez le poissonnier : selon arrivage.

Comme toute personne obsédée par les vêtements, j’ai toute une liste d’achats en tête, étalée sur l’année, en fonction de mes envies et des saisons. Seulement, imaginons que je tombe sur un costume Anderson & Sheppard à ma taille, en tweed tellement épais qu’il est pare-balle, pour 200 euros (ne rêvez pas, c’est une hypothèse) alors que j’ai prévu de m’acheter une veste en seersucker pour l’été qui approche (dans cette hypothèse nous sommes en avril). L’occasion est trop belle pour ne pas la saisir, mais alors, c’est mon budget seersucker qui en prend un coup. En courant après les bonnes affaires, on perd la maîtrise de sa garde robe, ce qui s’avère frustrant à la longue. Avais-je vraiment besoin d’une sixième Barbour alors que j’aurais pu économiser et aller chez Weston pour essayer et acheter la paire de 180 (à ma pointure) que je convoite depuis des années ? Etait-il nécessaire de faire expédier par avion depuis les Etats-Unis une chemise en oxford élimé alors que je pourrais soutenir des créateurs français ?

Bref, vous l’aurez compris, je déteste Vinted, c’est génial !